Une addiction particulière et grave, la potomanie

Potomanie

Définition-symptômes-conséquences

La potomanie est un trouble caractérisé par le besoin permanent et irrépressible de boire de l’eau ou d’autres boissons non alcoolisées (coca par exemple). Les personnes souffrant de ce trouble peuvent ainsi boire jusqu’à 10 litres d’eau par jour, alors que la moyenne se situe habituellement autour de 1,5 litre. On parle alors d’intoxication par l’eau.

Quand la boisson concernée est l’alcool, on parle alors de dipsomanie, pathologie dont le fonctionnement très différent ne sera pas abordé dans cet article.

Symptômes de la potomanie

En plus d’une forte consommation d’eau, la potomanie s’accompagne d’une polyurie, c’est-à-dire de mictions abondantes et fréquentes pouvant aller jusqu’à trois litres par jour. Mais ces symptômes restent discrets pour les observateurs et sont rarement repérés.

La potomanie a des conséquences potentiellement graves sur l’organisme, voire mortelles :

L’excès d’eau dilue trop le sel contenu naturellement dans l’organisme et provoque un déficit de sodium dans le sang (hyponatrémie). En effet, paradoxalement, trop d’eau dans le corps provoque une déshydratation au niveau des cellules. Cette carence en sodium peut causer un œdème cérébral avec des conséquences neurologiques graves pouvant conduire au coma et au décès.

Causes de la potomanie

La potomanie peut avoir de nombreuses origines :

Des causes médicales, par exemple secondaires à des mictions excessives entraînant en boucle une soif impérative et anormale, comme cela se passe dans le cas de diabète sucré (ou insipide). Pour les mêmes raisons, la prise répétée et excessive de médicaments diurétiques peut également amener à ce trouble.

Des causes neuroendocriniennes comme un dysfonctionnement des mécanismes de régulation de la soif qui va perturber la perception des sensations de soif et de satiété.

Des causes psychiatriques

– psychose infantile ou retard mental (envie de sensation d’eau dans la bouche)

– schizophrénie et démence : compulsion (répétition en boucle d’un comportement) dans un contexte de délire

Des causes psychologiques

– Contexte de sevrage alcoolique suivi d’abstinence, pour compenser le vide provoqué par l’arrêt de l’alcool.

– Trouble des comportement alimentaires, notamment l’anorexie, pour l’effet diurétique qui permet de perdre du poids (mais aussi de se déshydrater…)

En général, on ne parle de (poto)manie que si l’origine du comportement inadapté est psychique ou psychiatrique, en excluant les causes purement médicales ou endocriniennes. Mais souvent la potomanie est devenue une addiction fonctionnant de manière autonome sans relation avec son origine initiale et doit être prise en charge comme telle.

Cette pathologie est-elle fréquente ?

La prévalence de ce problème chez les patients psychiatriques hospitalisés a été estimée entre 6 et 17 % par certaines études. Dans la population générale, elle est difficile à estimer car les symptômes sont discrets et les personnes elles-mêmes ne reconnaissent souvent pas le trouble. Il est rarissime que des patients consultent pour celle raison, la potomanie étant le plus souvent repérée par ses conséquences médicales.

Est-ce que ça se soigne ?

La potomanie d’origine psychiatrique ou psychologique doit être considérée comme une addiction et faire l’objet d’un sevrage.

Dans un premier temps, pour les patients hospitalisés, une privation d’eau pendant quelques heures puis une quantité limitée aux besoins estimés du corps (conditions à définir bien-sûr par le médecin) peut être décidée. Un contrôle fréquent de la natrémie (taux de sodium dans le sang) permettra d’éviter toute transgression.

Si la personne n’est pas hospitalisée, un suivi par un thérapeute comportemental sera nécessaire avec les objectifs précisés ci-dessous.

Dans la suite du rétablissement, notamment après ou à la place de l’hospitalisation, les thérapies cognitives et comportementales classiques sont efficaces à condition que le patient soit capable d’une élaboration mentale suffisante.  Il s’agit d’identifier avec le patient les habitudes de boisson et de définir des changements progressifs de comportement. Plus le patient changera ses habitudes quotidiennes et plus vite il pourra dépasser son comportement addictif. Le patient devra prendre conscience que cette envie permanente de boire n’est pas liée à un besoin mais à une habitude compulsive. Il pourra ainsi différer progressivement le comportement de boisson lorsque l’envie survient et constater que, lorsqu’il distrait sa pensée en réalisant par exemple une tâche demandant de la concentration, cette envie diminue puis disparaît en quelques minutes.

Un travail sur les sensations de soif et de satiété sera aussi très efficace et applicable également aux personnes ayant du mal à mentaliser.

Une pratique régulière de la sophrologie et de la relaxation ainsi que l’hypnose, peuvent atténuer les phénomènes anxieux et optimiser la thérapie.

Quelle est l’origine de la phobie ?

La potomanie est essentiellement un trouble du comportement le plus souvent induit par un trouble psychiatrique ou neurologique, sans cause psychologique particulière.

(3469)

Total Views: 3854 ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.